Union professionnelle de Dermatologie

Dermanet.be
Panniculite .:. Dermatologie de A à Z

Panniculite

Qu'est-ce que la panniculite?
La panniculite est une maladie inflammatoire du tissu adipeux sous-cutané. Les causes sous-jacentes peuvent varier, mais les lésions cutanées ont une apparence assez semblable dans la plupart des formes de panniculite. La survenue d’une panniculite dépendra de la cause sous-jacente: il existe des formes très rares de panniculite, tandis que d'autres formes sont relativement fréquentes. L'âge d'apparition des premiers symptômes varie selon la cause.

Quelles sont les causes de la panniculite?
La forme la plus commune de panniculite est l'érythème noueux dont les principaux  facteurs déclenchants sont : les infections (des voies respiratoires supérieures), la sarcoïdose, les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (=MICI), les médicaments…
Un phénomène de  panniculite peut également se produire lors d’affections pancréatiques, d’infections comme la tuberculose (« érythème induré de Bazin ») ou de maladies auto-immunes telles que le lupus, la sclérodermie et la dermatomyosite. Une inflammation du tissu adipeux sous-cutané peut en outre également être déclenchée par un traumatisme. Il ya aussi une forme décrite après une exposition au froid intense, le plus souvent en combinaison avec le port de vêtements serrés (la panniculite du cavalier en est l’exemple classique).  Une déficience en alpha 1-antitrypsine est une cause génétique rare mais bien connue de panniculite. Très rarement, on peut observer une panniculite lors d’affections cutanées malignes (lymphome).
 
Quels sont les symptômes cutanés ?
La clinique cutanée se caractérise par des nodules sous-cutanés fixes, rouges et sensibles. En fonction de la cause sous-jacente, on peut également observer un exsudat ou la formation de plaies (notamment dans les formes d’origine pancréatique, dans les déficiences en alpha 1-antitrypsine, dans l’érythème induré de Bazin, dans les processus infectieux..). Les lésions peuvent apparaître n'importe où sur le corps et cela varie en fonction de la cause.

Quels sont les symptômes généraux?
Indépendamment de la cause sous-jacente, des symptômes généraux peuvent accompagner la panniculite (par exemple dans l'érythème noueux: arthralgies, fièvre, malaise général, céphalées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, toux .. ;  dans le déficit  en 'alpha 1-antitrypsine': fièvre, embolie pulmonaire;  dans la panniculite d’origine pancréatique: fièvre, douleurs abdominales, arthrite, inflammation pulmonaire, etc.)

Comment le diagnostic est-il posé?
La panniculite présente un défi diagnostique aussi bien pour le dermatologue que pour l’anatomopathologiste !
Les lésions peuvent être cliniquement très semblables alors qu’elles sont l’expression de processus pathologiques sous-jacents différents. L’érythème noueux en est l'exemple classique.
L’image histologique (examen microscopique) est souvent difficile à interpréter parce que la graisse sous-cutanée réagit de manière fort semblable lors des différentes maladies. En outre, l’image histologique  évolue dans le temps. Les biopsies sont souvent réalisées dans la phase tardive des lésions et perdent alors en spécificité. Pour un diagnostic histologique correct, il est impératif que la biopsie contienne beaucoup de graisse sous-cutanée. Par conséquent, votre dermatologue devra réaliser, généralement, une biopsie un peu plus grande et plus profonde.

Quel est le traitement des panniculites?
Le traitement peut être difficile. Il ya deux objectifs: le traitement de la panniculite même et le traitement de la maladie sous-jacente.

Le traitement repose sur 4 piliers :

  1. Le traitement de la cause présumée : médicament / infection / maladie.
  2. L’application de mesures conservatrices : repos au lit avec jambes surélevées
    Ces deux piliers sont souvent suffisants et amèneront une résolution spontanée des lésions en quelques semaines.
  3. Le traitement local : avec des médicaments (corticoïdes) sous forme de crème, d'onguent ou en lotion, appliqués sur les lésions. Les onguents sont plus fréquemment utilisés car ils pénètrent plus profondément dans la peau. Les corticostéroïdes sont des médicaments dérivés d’hormones surrénaliennes que fabrique chaque être humain. Certains ont une action puissante d’autres plus légère. Les préparations puissantes agissent plus rapidement et plus efficacement.
  4. Les Médicaments par voie générale: Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (=AINS) et éventuellement l’iodure de potassium soulagent les symptômes.
    En fonction de la cause sous-jacente, on peut ajouter les médicaments suivants :  la colchicine (principalement dans la maladie de Behcet),  la prednisone, rarement; la dapsone; l’hydroxychloroquine; le mycophénolate mofétil; l'infliximab (principalement pour les MICI); la thalidomide (principalement pour les MICI) et la ciclosporine (principalement dans la maladie de Behcet).
Date de parution: 18-11-2012