Union professionnelle de Dermatologie

Dermanet.be
Psoriasis .:. Dermatologie de A à Z

Psoriasis

Maladie inflammatoire non contagieuse.

Qu'est-ce que le psoriasis?
Le psoriasis est une affection de la peau très fréquente : 1 à 3 % de la population souffrent de cette  maladie (= 300.000 Belges).
C’est une maladie inflammatoire de la peau non contagieuse, caractérisée par des plaques rouges et squameuses qui  peuvent s’étendre sur tout le corps. Souvent, on retrouve des cas dans la famille.  Le traitement du psoriasis peut l’améliorer de manière significative mais  il n’existe actuellement aucun traitement définitif de cette maladie.
Le cours du psoriasis est imprévisible. L'activité de la maladie de la peau peut varier avec une alternance de périodes d'amélioration spontanée et d'aggravation.

Quelles sont les causes du psoriasis?
La véritable cause n’est pas encore connue, mais des facteurs héréditaires jouent un rôle important dans son apparition. Lorsqu’on a un des deux parents, un frère ou une sœur qui a du psoriasis, il y a 16 % de risque qu’on contracte soi-même la maladie.
Il y a 2 pics d’apparition : autour de 20-25 ans et dans la cinquantaine
Un stress émotionnel, la grippe, une infection de la gorge (streptocoque), certains médicaments antidépresseurs (le Lithium) et antihypertenseurs (inhibiteurs ACE et b-bloquants) peuvent aggraver le psoriasis.
Le mot psoriasis vient du Grec : " psao" qui signifie "gratter" et "psora" qui signifie " écaille" ou " squame ".

Le psoriasis est caractérisé par des plaques rouges recouvertes par une épaisse couche de squames.
Notre peau se renouvelle constamment de sorte que les cellules superficielles de l’épiderme meurent lentement et se détachent insensiblement. Dans le psoriasis, le processus de renouvellement normal de la peau est accéléré : ce phénomène perdure à peine une semaine (dans la peau normale, il dure environ 4 semaines) et, de ce fait, les cellules épidermiques n’ont pas la possibilité de se développer complètement. La peau va alors s’écailler et se détacher de façon visible. Il y a aussi de l’inflammation ; la peau est en effet épaisse et rouge.

Le psoriasis se caractérise  donc par la division cellulaire accrue dans l'épiderme  associée à une inflammation dermique.

Quels sont les symptômes?

  • Le psoriasis peut survenir à tout âge. La forme la plus commune de psoriasis  est appelée « psoriasis en plaques » caractérisée par des plaques  rouges et squameuses à limites précises. Les plaques sont de taille variable. Parfois  la fusion de certaines de  ces plaques entraîne la formation de vastes placards certains arrondis  ou de formes irrégulières. Les plaques de psoriasis peut survenir n'importe où mais principalement au niveau des coudes,  des genoux,  du cuir chevelu et du bas du dos.
  • Psoriasis palmo- plantaire : sur les paumes et la plante, le psoriasis peut être associé à des fissures douloureuses.
  • Le psoriasis peut également se produire dans les plis du corps (aine, aisselles,  entre les fesses, nombril, plis sous les seins) et est appelé  « psoriasis inversé ». La desquamation est généralement absente dans ces localisations.
  • Le « psoriasis en gouttes » apparaît brutalement, généralement après une infection de la gorge, et se présente sous forme  de  très nombreuses petites taches.
  • Le « psoriasis pustuleux » est une forme de psoriasis où se forment  de petites pointes jaunâtres comme du pus  appelées pustules.
  • Dans le « psoriasis érythrodermique »  toute la peau ou presque est affectée et prend une couleur rouge.
  • Les ongles sont souvent impliqués dans le processus de la maladie. On parle de « psoriasis unguéal ».  Cela peut se présenter comme un piqueté de  la tablette  de l'ongle (ongle en dé à coudre) , des colorations brun-jaunâtres  et un décollement de l'extrémité des ongles.
  • En outre, 10% des patients atteints de psoriasis  présentent de l'arthrite surtout des petites articulations des mains et des pieds, mais les plus grosses articulations comme les genoux, les coudes et le dos peuvent être également atteintes. Cette forme particulière d'arthrite appelée « arthrite psoriasique ».

Comment le diagnostic est-il posé?
Le diagnostic peut généralement être effectué sur la base des lésions visibles. Dans  certains cas, sous anesthésie locale, un échantillon de peau  peut être  prélevé pour examen microscopique.

Quels sont les traitements du psoriasis?
Il existe trois types de traitement qui agissent  en inhibant la division cellulaire excessive dans l'épiderme et en combattant l'inflammation dans le derme.

  1. Des traitements locaux sous  forme de crème, de pommade ou  de lotion qui sont appliqués sur les lésions.
  2. La photothérapie avec une lumière ultraviolette parfois en association avec des médicaments.
  3. Des traitements généraux : le médicament  est pris par voie orale sous forme de comprimés ou de capsules ou est injecté  dans l’organisme  par la peau directement  ou par perfusion.

1. Thérapie locale

  • Dérivés de la vitamine D3
    Calcipotriol et le calcitriol sont des dérivés de la vitamine D et  disponibles sous forme de pommade, de crème ou de lotion qui doivent être appliqués sur les lésions une ou deux fois par jour. L'amélioration n’est observée généralement qu'après plusieurs semaines. L'effet secondaire le plus commun est une irritation cutanée. Récemment,  une de ces molécules a été combinée  avec des corticostéroïdes (voir ci-dessous) de façon à former une association  plus puissante et entraînant moins d’ effets indésirables que les substances individuelles.
  • Les corticostéroïdes
    Les corticostéroïdes sont des médicaments dérivés de stéroïdes synthétisés normalement  par l’organisme. Ils sont utilisés dans des lotions, crèmes, onguents ou gels. Certains sont très puissants , d’autres nettement plus faibles. Les corticoïdes « forts » principalement   agissent efficacement et rapidement.
    Dans le traitement du psoriasis avec des corticostéroïdes , il faut faire une distinction entre une phase d’attaque et une phase d'entretien. Dans la phase d’attaque, le médicament  est appliqué pendant plusieurs semaines, une ou deux fois par jour. Dans la phase d'entretien, le médicament  est moins fréquemment appliqué.
  • Ditranol
    Ditranol (synonyme: cignoline) est un produit synthétique qui provient d'une plante médicinale. Il est généralement utilisé dans une crème. Il a pour inconvénients  son caractère irritant  et le fait qu’il tache les vêtements et la literie.  Le Ditranol est surtout  utilisé en thérapie de contact court. Cela signifie que la crème doit être lavée après une courte période d’application. Le traitement commence par  l’application de ditranol faiblement  concentré. Il sera poursuivi par l’application de Ditranol à concentrations progressivement croissantes.  Il n’y a pas d’effets secondaires graves.
  • Le goudron de houille
    Le goudron de houille, produit  à partir de charbon, est utilisé depuis plus d'un siècle pour le traitement du psoriasis. Il provoque des taches et dégage des odeurs désagréables. Parfois, le goudron de houille est utilisé  en association  avec la lumière ultraviolette. Depuis les nombreuses années que le goudron de houille est utilisé, il n'ya pas d'effets secondaires dangereux décrits.
  • L'acide salicylique
    L'acide salicylique est un médicament  qui détruit la desquamation excessive caractéristique du psoriasis. Suite à son application, d'autres principes actifs et / ou le rayonnement ultraviolet pénétrer plus profondément  dans les lésions et ainsi être plus efficaces. L'acide salicylique est donc souvent ajouté à d'autres médicaments comme les corticostéroïdes.

2. La photothérapie
La luminothérapie découle de l'expérience faite par de nombreuses personnes  de l’amélioration de leurs lésions de psoriasis lors d’exposition au soleil. En photothérapie, les gens atteints de psoriasis  sont traités par les rayons ultraviolets dont  2 formes son utilisées : les rayons UVB et UVA

  • UVB
    UVB  signifie ultraviolet B. Les premières séances de traitement sont de courte durée pour éviter les brûlures. La durée d’exposition est ensuite progressivement augmentée.
    Pour obtenir un bon résultat, en moyenne 25-30 expositions  sont nécessaires à raison de deux ou trois séances  par semaine. Les effets secondaires qui peuvent survenir pendant le traitement  sont des rougeurs, des brûlures et de la sécheresse qui peut être responsable de démangeaisons. Avec un traitement prolongé, survient  un vieillissement prématuré de la peau et une augmentation du risque de développer certains cancers cutanés.
  • PUVA = Psoralènes +UVA
    La PUVA est une combinaison d’ultraviolets A (UVA )et de médicaments (psoralènes). Les psoralènes  se retrouvent  dans la peau environ 2 heures après leur ingestion.
    Suite à l'exposition aux rayons ultraviolets de type UVA, les psoralènes sont  activés et vont ainsi contrôler le phénomène inflammatoire.
    Pour éviter les brûlures , la première séance de traitement sera de courte durée. La durée d’exposition sera ensuite progressivement augmentée .
    Pour obtenir un bon résultat, le rythme est de 2-3  séances par semaine pendant 6 à 10 semaines. Les effets secondaires les plus communs de la PUVA sont des démangeaisons,  une peau sèche, une sensation de cuisson.  Les psoralènes  peuvent, chez certains patients, provoquer des nausées, de la diarrhée et des maux de tête.  Un traitement prolongé entraîne un  vieillissement prématuré de la peau et  augmente le risque de développer certaines formes de cancer cutané. Par conséquent, la PUVA ne doit pas être utilisée de façon trop prolongée.

 3. Les thérapies systémiques

  • Le méthotrexate
    Le méthotrexate est un agent qui inhibe la division cellulaire et tend ainsi à supprimer l'inflammation. Il est utilisé pour traiter les formes sévères de psoriasis et l'arthrite psoriasique. Un inconvénient est l’existence de nombreux effets secondaires bénins tels les nausées mais aussi graves tels l’arrêt de la production des globules blancs et rouges dans la moelle osseuse ou des dommages au foie
  • Ciclosporine
    La ciclosporine est un médicament qui bloque le système immunitaire. L'effet sur ​​le psoriasis dépend de la dose: une dose plus élevée donne des résultats plus rapides et meilleurs mais peut aussi provoquer des effets secondaires plus graves Les effets secondaires les plus fréquents sont l'hypertension et des  atteintes rénales.
  • Acitrétine
    Acitrétine est un médicament dérivé de la vitamine A. Il est principalement utilisé en combinaison avec d'autres traitements tels que les UVB.
    Presque tout le monde traité avec cette molécule présentera des effets secondaires dont les plus courants sont la peau sèche, la sécheresse des muqueuses (nez, yeux),  des démangeaisons,  des saignements de nez et une perte de cheveux. L’Acitrétine peut endommager le foie et peut augmenter le taux des  graisses dans le sang. Un effet secondaire très grave est  le risque de malformations  majeures  du fœtus. Un délai de 2 ans doit être impérativement respecté entre  l’arrêt  du médicament et une éventuelle grossesse.
  • Fumarates
    Les Fumarates  sont dérivés de l'acide fumarique, substance retrouvée normalement dans le corps.
    Le traitement nécessite une augmentation lentement progressive de la dose.
    Les principaux effets secondaires sont  es bouffées de chaleur et des symptômes gastro-intestinaux (douleurs gastriques, des douleurs abdominales et de la diarrhée). Ces troubles gastro-intestinaux sont parfois une cause d’interruption du traitement.
    L'acide fumarique n'est pas disponible en Belgique. Il est enregistré en Allemagne. Aux Pays-Bas, une copie (produit blanc) de ce médicament est disponible.
  • Inhibiteur de la PDE4 :
    L’apremilast est le traitement de cette nouvelle classe thérapeutique. En inhibitant la phosphodiestérase 4 (PDE4), il augmente les taux intracellulaires d’AMPc, ce qui diminue la réponse inflammatoire. Il est administré par voie orale et ne requiert ni bilan pré-thérapeutique, ni contrôle de laboratoire et n’induit aucune majoration du risque d’infections graves, de tuberculose ou de tumeurs malignes par rapport au placebo.
    Seules les personnes, qui ne répondent pas  de façon satisfaisante ou ne tolèrent pas  la thérapie PUVA, la ciclosporine et le méthotrexate, peuvent, sous certaines conditions, bénéficier du remboursement d’un  traitement .

  • Biologiques
    Les médicaments biologiques étanercept, infliximab, adalimumab, ustekinumab,  sécukinumab  ....sont actuellement disponibles en Belgique pour le traitement du psoriasis. Ces agents sont des protéines administrées soit par comprimés  soit  par injections  dans la peau soit par perfusions. Ces médicaments semblent sans danger, mais l'expérience est encore trop courte pour juger de l’existence d’ effets secondaires graves à long terme. Seules les personnes, qui ne répondent pas  de façon satisfaisante ou ne tolèrent pas  la thérapie PUVA, la ciclosporine et le méthotrexate, peuvent, sous certaines conditions, bénéficier du remboursement d’un  traitement avec ces agents biologiques très coûteux.

Que pouvez-vous faire vous-mêmes?

  • Quelques règles simples comme une bonne hydratation avec des crèmes et aussi des bains additionnés d’huile peuvent ôter les squames.
  • Essayez de ne pas gratter car cela peut parfois  entraîner de nouvelles plaques de psoriasis
  • Essayez d’avoir la meilleure compréhension possible de l’utilisation du traitement et suivez aussi fidèlement que possible les instructions du médecin.
  • Surveillez votre mode de vie : le psoriasis peut faire partie du « syndrome métabolique » ou du « syndrome d’insulinorésistance ».
  • Essayez de contrôler le stress : la détente a un effet favorable sur le psoriasis.
  • Cherchez, jusqu’à ce que vous l’ayez trouvé, le bon thérapeute, celui qui ne se soucie pas seulement de votre psoriasis mais bien de votre personne dans sa globalité.
Date de parution: 14-04-2016