Union professionnelle de Dermatologie

Dermanet.be
Vieillissement cutané .:. Union des dermatologues belges - Société royale belge de dermatologie

Vieillissement cutané

Qu’en est-il ?
En vieillissant, notre peau change. Elle s’amincit, perd son élasticité et développe des variations de couleur. Il est important de distinguer le processus de vieillissement naturel du processus influencé par les facteurs de l’environnement tels l’exposition solaire « photo-vieillissement », le fait de fumer, etc.

Le vieillissement cutané intrinsèque.
Comme tous les autres organes, la peau aussi va vieillir physiologiquement, en rapport avec l’âge. Les facteurs intrinsèques sont définis génétiquement ; c’est ainsi que l’âge où nous remarquons les premiers signes de vieillissement cutané peut fortement varier d’un individu à un autre. Généralement, ce processus de vieillissement naturel débute vers l’âge de 25 ans.
Les cellules mortes de la couche cornée de l’épiderme sont évacuées moins rapidement et le renouvellement cellulaire ralentit. De par une production de pigment moindre, la peau devient un peu plus pâle. La couche reliant l’épiderme et le derme, qui ondule normalement fortement, s’aplatit. Ainsi, l’échange entre le derme « nutritif » et l’épiderme s’appauvrit. Le derme produit moins de collagène et d’élastine, provoquant une élasticité et une résistance diminuées.
Bien que ces modifications débutent tôt, leurs effets ne se verront que des dizaines d’années plus tard.
Un organe aussi complexe que la peau est également influencé par les hormones, surtout les oestrogènes, les androgènes et la progestérone. Les changements dans la balance hormonale, à partir de la ménopause, induisent donc aussi des effets de vieillissement. Concrètement, le derme perd, à partir de cette période, de grandes quantités d’eau alors que l’hypoderme perd ses réserves de graisses stockées. Ainsi, la peau diminue en tonicité et s’affaisse.

Le vieillissement cutané extrinsèque.
Il y a plusieurs facteurs externes qui vont accélérer le processus de vieillissement « normal », génétiquement déterminé.

Les rayons UV : l’exposition excessive à la lumière solaire peut induire des conséquences sévères, tant aiguës que chroniques. Le terme « photo-vieillissement » décrit l’effet sur la peau provoqué par une exposition longue et chronique aux rayons UV (Kligman & Kligman, 1986). Une peau abîmée fréquemment par le soleil présente les caractéristiques suivantes : des rides tant fines que profondes, des sillons, une surface rêche et desquamante, une texture évoquant le cuir, un teint pâle avec une pigmentation irrégulière et de petits vaisseaux dilatés.

Depuis plusieurs années déjà, il est prouvé scientifiquement que FUMER est aussi une cause importante du vieillissement cutané. Le visage classique du fumeur consiste en un teint pâle et grisâtre, une peau fine avec texture de surface rugueuse et des sillons, surtout autour de la bouche. Cet aspect caractéristique est la conséquence de la perte des fluides et des lipides de la couche cornée, d’une structure perturbée des fibres élastiques et d’un fonctionnement moins optimal des petits vaisseaux de la peau.

La GRAVITE implique que les rides et la laxité cutanée augmentent au cours de la journée. Les MOUVEMENTS DES MUSCLES qui servent à l’expression du visage jouent aussi un rôle aggravant.

Le MODE DE VIE influence aussi le vieillissement cutané. Ainsi, le stress, un style de vie chaotique, un régime alimentaire de type « junk food » ou trop peu d’activité physique peuvent influencer négativement notre métabolisme et donc également notre peau, tout comme les autres organes.

Les caractéristiques cliniques du vieillissement et du photovieillissement.

Perte de l’élasticité La texture cutanée change par la déshydratation et la perte des graisses cutanées. Ainsi, la peau sera moins radieuse, présentera un teint gris/jaune, des rougeurs et des pores dilatés apparaitront. La peau sera plus sèche et fine. La fonte des couches de graisse sous-jacentes va résulter en des joues déprimées, des yeux creux et un cou qui pend.

Les rides, fines au début, se creusent progressivement. Elles se développent par deux actions : les mouvements musculaires répétés et la fonte des tissus dermiques et hypodermiques.

Les troubles de la pigmentation : les taches solaires ou taches pigmentaires deviennent plus visibles au fur et à mesure que l’âge avance, surtout sur les parties découvertes (le visage, le décolleté et les mains).

Les télangiectasies, petits vaisseaux superficiels dilatés, apparaissent suite à des  facteurs aussi bien internes qu’externes (le soleil, le froid, la radiothérapie,..). Sur le visage, on les observe souvent autour du nez, sur les joues et sur le menton.

Les verrues séborrhéiques (verrues d’âge), appendices bénins à la surface de la peau peuvent présenter différentes couleurs, tailles et formes. On les observe surtout sur le tronc et le visage. Elles peuvent parfois croître spectaculairement en taille et en nombre.

Les kératoses actiniques, petites plaques rugueuses et desquamantes à la surface de la peau, varient entre le rouge et la couleur chair. Les kératoses peuvent évoluer en lésions cancéreuses.

La ptose, ou relâchement d’une ou des deux paupières résulte surtout de la gravité.

Que peut faire votre dermatologue ?
A côté des mesures préventives importantes, les dermatologues peuvent choisir parmi tout un arsenal de traitements afin d’influencer l’effet du vieillissement cutané positivement.  

La cryothérapie. Pour ôter les taches pigmentaires et les kératoses, la cryothérapie est fréquemment utilisée. La lésion cutanée est « congelée » en appliquant de l’azote liquide par un coton-tige ou un spray.

Les peelings chimiques. Les peelings sont des traitements par lesquels différentes couches cutanées sont enlevées jusqu’à une certaine profondeur, en appliquant un agent chimique (par ex un acide de fruit) sur la peau. Il existe 3 types de peelings, les superficiels, les intermédiaires et les profonds.
Les peelings superficiels et intermédiaires sont utiles pour améliorer la texture cutanée, ils réduisent les ridules et les lésions pigmentées. Les pores dilatés ne s’améliorent toutefois pas vraiment.
Les peelings profonds sont effectués sous anesthésie générale ; un soin post-opératoire est nécessaire pendant minimum 10 jours après le traitement. Les risques de complications sont réels. Des infections et surtout des troubles de la pigmentation se produisent régulièrement, c’est pourquoi les peelings profonds ne sont effectués que chez les personnes à phototype clair.

Microdermabrasion. Lors d’une microdermabrasion de petite particules d’aluminium sont projetées sur la peau à l’aide d’un compresseur. La peau s’en retrouve abrasée. L’effet est comparable à un peeling superficiel. Cette technique est utilisée pour affiner la structure, rafraîchir la peau et combattre les troubles de la pigmentation.

Les produits de comblements. Les produits de comblements dermiques sont injectés pour combler les rides et pour remodeler les contours du visage. Les injections provoquent une rougeur transitoire, mais le bénéfice esthétique est immédiat. Cette technique a tout son sens si les rides sont suffisamment souples. Les sillons figés bénéficient plus du laser « resurfacing ».

La toxine botulique. Il s’agit d’une toxine de la bactérie Clostridium botutilinum, une protéine assez complexe produite par une bactérie (Botulisme).
Les rides horizontales du front, les sillons entre les sourcils et les pattes d’oie résultent de la contraction des muscles faciaux sous-cutanés. En injectant de la toxine botulique, ces muscles hyperactifs se détendent et les rides s’effacent. L’effet du traitement n’est visible qu’après 3 à 10 jours, et tient environ 3 à 6 mois. Cette durée semble s’accroître lors de traitements répétés.

Lasers. Les rayons lasers émettent de la lumière d’une longueur d’onde définie, ce qui les rend appropriés pour traiter une cible spécifique dans la peau. Il faut savoir que les composants de la peau (par ex. les vaisseaux, les pigments, les poils, …) absorbent de la lumière de longueurs d’ondes différentes. « Le » laser unique n’existe pas, il y a plusieurs sortes de lasers qui émettent des longueurs d’ondes différentes et de ce fait, ont différentes applications. Selon la cible choisie, le type de laser suivant sera sélectionné :

  • la couperose par les lasers vasculaires
  • les taches pigmentaires bénignes par les lasers anti-pigment
  • les poils indésirables par les lasers épilation
  • les rides ou les cicatrices d’acné par les lasers « resurfacing ».

IPL. Les lampes flash ou IPL (intense pulsed light) émettent toute une série de longueurs d’ondes, tout comme une lampe ordinaire mais elles sont beaucoup plus puissantes. Selon ce que l’on veut traiter précisément, un filtre est placé devant la lampe de l’IPL. Il existe des pièces à main pour traiter les taches pigmentées, la couperose, le photo-vieillissement ou les rides. L’avantage est qu’avec un seul appareil, l’on peut traiter plusieurs affections.

Pour le traitement des rides par laser fractionné, de nouvelles pièces à main ont été développées. Celles-ci s’emboîtent sur un IPL de base. Le filtre dans la pièce à main est si puissant qu’une seule longueur d’onde est émise de la pièce à main. Ainsi, une lampe flash est transformée en laser et la frontière entre les deux types d’appareils devient floue.

La chirurgie. Les liftings sont effectués sous anesthésie générale et comportent les mêmes risques que d’autres interventions. Ils sont utilisés pour traiter les rides et le relâchement cutané. C’est une méthode efficace mais coûteuse.

Les cosmétiques. Le soin quotidien de la peau a trois objectifs : prévenir ou ralentir le vieillissement cutané, traiter le vieillissement cutané et maintenir les résultats d’un traitement esthétique. Différentes molécules sont utilisées dans les crèmes cosmétiques, comme les rétinoïdes, les acides de fruits et les anti-oxidants (vitamines C et E).

Que pouvez-vous faire vous-même ?

  • Soigner votre peau chaque jour, utiliser des produits non agressifs et hypo-allergéniques.
  • Etre prudent avec le soleil, utiliser une crème solaire avec un bon filtre UVB et UVA.
  • Ne pas fumer.
  • Manger sainement et varié.
  • Boire suffisamment d’eau (minimum 1.5 l par jour pour un adulte).

 

Pour traiter le vieillissement cutané, il est important de faire d’abord un diagnostic complet, avant d’établir une stratégie thérapeutique.

Demandez conseil à votre dermatologue !

 

Avec nos remerciements  au service de dermatologie, Universitaire Ziekenhuis Gent

Date de parution: 20-03-2016

Vous cherchez un dermatologue ?

Entrez votre code postal ci-dessous

Recherche avancée

Membres

Mot de passe oublié ?